L’Orchidée, danse et musique vivantes ‘‘ Danses pour ceux qui sont là…’’

Dimanche 7 avril à 18h salle 6

«… Toucher Terre ! » … Qu’est-ce à dire ?… Peut-être un appel à se redéfinir dans une attitude, un comportement, une conscience, un peu plus reliés à la réalité matérielle concrète qui nous supporte, la Terre… et qui semble t-il nous supporte de moins en moins !… Dans notre course effrénée à nous affranchir des limites, n’avons-nous pas franchi, sans nous en rendre vraiment compte, des seuils de tolérance, avec des conséquences qui commencent à se révéler de plus en plus problématiques ?
Les six spectacles différents que nous avons présenté en 2018 s’appuyaient pour une part sur la parole du scientifique James Lovelock, l’initiateur de la théorie Gaïa, qui nous permet aujourd’hui une approche et une compréhension accrue de ce que l’on peut appeler désormais, par commodité simplificatrice, le système Terre. Les six spectacles différents qui constitueront le déploiement de notre projet en 2019 vont trouver l’un de leurs fils conducteurs dans des fragments choisis prélevés dans trois des huit conférences sur le Nouveau Régime Climatique publiées en 2015 par Bruno Latour sous le titre Face à Gaïa. Les trois conférences qui ont retenu à ce jour notre attention sont : -la deuxième conférence : Comment ne pas (dés)animer la Nature, -la troisième conférence : Gaïa, figure (enfin profane) de la Nature, L’Orchidée, danse et musique vivantes – Présentation et note d’intention du projet 2019 – 1/4
-la quatrième conférence : L’Anthropocène et la destruction (de l’image) du Globe. Nous projetons également pour l’un des spectacles de nous inspirer de son essai publié en 2017 intitulé… : Où atterrir ? Comment s’orienter en politique. Pour un autre spectacle enfin, nous nous inspirerons du très bel article du philosophe Baptiste Morizot publié en novembre 2017 sous le titre : Nouvelles alliances avec la Terre. Une cohabitation diplomatique avec le vivant. Nous conjuguerons les blocs d’énonciation choisis avec d’autres blocs de parole évoquant d’autres dimensions existentielles et poétiques qui nous semblent tout aussi essentielles. Dans le premier spectacle – que nous présenterons le dimanche 24 février au Local, notre lieu sis au 64, rue Alfred de Musset, à 4mn à pieds de la station de métro Minimes – Claude Nougaro, sur la ligne B -, il s’agira de la cosmogonie des Aborigènes d’Australie et de leur rapport élaboré à la terre, à travers ce qu’ils appellent « le Temps du Rêve », « Dreaming »… Tjukurrpa en Warlpiri… que nous conjuguerons à des fragments choisis de la troisième conférence de Bruno Latour : Gaïa, figure (enfin profane) de la Nature.

Dans le second spectacle gris,  il s’agira du mode de vie des Nénètses, éleveurs nomades de rennes dans la Sibérie arctique… que nous conjuguerons à des fragments choisis de la quatrième conférence : L’Anthropocène et la destruction (de l’image) du Globe.

Site de L’Orchidée, danse et musique vivantes: http://orchideedmv.com

Centre Culturel Les Minimes
6, rue du Caillou-Gris
31200 TOULOUSE Tél. : 05 61 22 51 77

metro: Minimes Claude Nougaro

email: infos@centrecultureldesminimes.fr

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________